L'ÉGLISE SAINT SYMPHORIEN :

Edifiée à la place d'un premier monument mentionné en 1330, cette église est de style gothique.

La façade occidentale est pourvue d'un portail orné de sculptures, représentant des feuillages et des ceps de vigne.
Dans la pensée symbolique chrétienn
e, la grappe de raisin représente le Christ qui donne son sang pour l'humanité.
La nef et le choeur sont réalisés en deux phases au moins, étant donné qu'on constate un changement d'axe et des différences notables au niveau des contreforts.
Deux chapelles latérales sont ouvertes sur la nef.
Le décor des fenêtres et le style des arcades en plein cintre permettent de dater la chapelle de gauche aux alentours des années 1530 -1540.
Le choeur, aménagé au XVIIIème siècle, est boisé sur le tiers de sa hauteur.
Placée dans la nef, une statue représente Saint Gorgon, dont la main droite est déformée. Selon la tradition, Saint Gorgon guérit les douleurs.
Dans le choeur, on peut admirer une armoire coffre, représentant l'appel à la générosité des fidèles.
L'église possède un ensemble de six verrières datant du XVIème siècle.
L'autel est orné de sculptures sur deux faces.

L'ANCIENNE ABBAYE DE LA PELICE :

L'Abbaye de la Pelice, fondée en 1010 par les seigneurs de Bellême et en 1170 par ceux de la Ferté, est confiée au XIIème siècle aux moines bénédictins.

Selon certaines archives, elle comprend de nombreux bâtiments : église, aile du chapitre, aile du réfectoire, cloître et logis abbatial. Entre 1769 et 1771, les bâtiments conventuels sont démolis et un nouveau logis abbatial est reconstruit au même emplacement. En 1826, le château de la Pelice est acheté par la famille Richard. Entre 1826 et 1935, l'édifice est remanié et les restes de l'église sont démolis.

LA FONTAINE LAVOIR DU SAINT SYMPHORIEN :

Au début du XIXème siècle, les autorités mènent une véritable politique de construction de lavoirs. Construite en 1926, la fontaine du Lavoir Saint Symphorien illustre cette campagne. Le bassin cimenté est abrité par une toiture en tuiles.
Le Ruisseau se jette dans l'Huisne, au bas de la côte des Calots (à La Ferté Bernard).

Source utilisée : patrimoine des communes de la Sarthe

 

Accès rapide